Catégorie:Vaisseaux spatiaux

De Hoshikaze 2250 - test.hoshikaze.net - 1.38.1
(Redirigé depuis Classification des astronefs)
Aller à : navigation, rechercher

Un vaisseau spatial est toute construction capable de se propulser dans l'espace. Par analogie avec les navires des mers ou des sables, le nom de "navire" ou de "vaisseau" leur est donné.

Navires civils

Caboteurs (30m-300m)

Exemple : Weifeng, Mhunzi.

Ces navires civils font la navette entre les planètes d'un même système. De par sa définition, un caboteur est un planétonef, incapable de saut interstellaire.

Bien que le terme évoque les petits rafiots maritimes d'antan, il existe des caboteurs plus lourds que les plus gros cargos intersidéraux. Ils sont simplement incapables d'utiliser un tunnel de saut pour passer d'un système à un autre.

Généralement, chaque système important possède ses propres chantiers construisant et réparant les caboteurs. Il s'agit de la première étape pour lancer une industrie astronautique.

Lorsqu'un caboteur a besoin de changer de système, il doit utiliser un remorqueur de saut. Ce dernier n'est qu'une plate-forme pourvue de motivateurs, capable d'entraîner dans son saut tous les objets situés dans son rayon d'activation. Les navires se regroupent alors autour du remorqueur et effectuent le saut de manière totalement passive.

Cargos (30m-300m)

Exemples : Lin't'tir, Shire, Percheron, Souffle des Voyageurs, Caravelle, Irali

Ces navires de tailles diverses différent des caboteurs par leur capacité à sauter d'un système à un autre. Ils sont utilisés pour le transport de marchandises diverses et comportent souvent des cabines pour quelques passagers. Arbitrairement, les cargos de moins de 10.000 tonnes sont classés "légers" et ceux dépassant ce tonnage, "lourds".

Les cargos disposent généralement d'une soute interne, de petite capacité, complétée par des points d'ancrage pour soutes externes. La soute interne permet d'emporter une quantité minimale de marchandises sous quelque forme que ce soit, ainsi que deux ou trois cabines passagers. Les soutes externes, de capacité double à quintuple sur les cargos classiques, emportent les cargaisons spécialisées.

Les soutes externes sont standard et interchangeables. Ainsi, un cargo peut à un voyage transporter des liquides dans une soute, des passagers dans une autre et une cargaison classique dans les deux autres. Au prochain voyage, il n'emportera des conteneurs et des passagers. Un simple changement de soute lui permet cette versatilité. Les soutes sont disponibles en location pour un prix relativement modique dans des réseaux de loueurs implantés sur les principaux astroports.

Un standard, nommé SCSI, permet d'assurer l'interchangeabilité des soutes au prix d'une petite augmentation de masse. Il a été conçu en 2234 par la Commission Commerciale de la Communauté à partir de plusieurs standards du marché. Une partie des cargos modulaires récents sont conformes à ce standard. La dernière génération comprend même des unités actives (propulsion, boucliers, réacteurs) au standard SCSI, permettant de composer un navire à façon.

La majorité des cargos dispose de peu ou pas d'armement. Sur la plupart des routes de l'espace, ils se déplacent en convois, pour contrer la menace d'une piraterie très active. Ils sont escortés par des groupes de protection privés ou militaires constitués essentiellement de corvettes portant des chasseurs. Un cargo rapide et armé est généralement une corvette d'escorte, à moins qu'il ne soit un navire pirate ou un contrebandier.

Vraquiers (150m-300m)

Ces navires peuvent être vus comme des cas particuliers des cargos. Néanmoins, leur spécialisation a justifié l'ouverture d'une classification spécifique.

La différence essentiel est qu'il ne possèdent qu'une soute spécialement adaptée pour le transport d'une marchandise spécifique. Ils sont en cela également assez semblables aux barges, dont ils sont séparés par leur taille et leur autonomie.

C'est pourquoi un aphorisme spatien très répandu définit un vraquier comme "une barge aussi petite qu'un cargo" ...

Tankers (150m-300m)

Ces navires peuvent être vus comme des cas particuliers des vraquiers, adaptés aux matières liquides et classifiés différemment surtout par tradition.

Paquebots (150m-300m)

Exemple : Diwali.

Les grands paquebots sont considérés comme les rois de l'espace. Mais on oublie souvent que ce mot recouvre des navires très divers.

Le moyen le plus économique pour se déplacer d'un système à un autre, en effet, est le voyage en hibernation. Les caissons d'hibernation maintiennent le passager dans un sommeil artificiel contrôlé durant tout le voyage. Occupant peu de place, peu onéreux à l'achat et à l'entretien, ils ont permis de démocratiser le voyage spatial. Chaque passager dispose d'une minuscule cabine, comportant le caisson lui-même et un espace de rangement pour ses bagages. Le seul défaut est une certaine lenteur du réveil, qui s'accompagne chez la plupart des espèces de maux de tête et parfois d'une perte d'esprit critique qui disparaît au bout de quelques heures. Ainsi, il est généralement conseillé aux passagers de passer une journée dans la zone de transit protégée de l'astroport de destination. Cette directive étant peu observée, les passagers en réveil sont une proie facile pour les arnaqueurs qui pullulent autour des astroports, rendant le travail de la police délicat dans ces zones.

Les passagers souhaitant rester conscients lors du voyage payent certes bien plus cher. Il existe cependant des paquebots dits charter, proposant des prix relativement peu élevés. Les conditions de voyage sont décentes mais dépouillées, avec des cabines de quatre ou six personnes au confort minimaliste. De plus, ces appareils sont souvent lents, marchant à 1 g seulement pour ne pas dépenser d'énergie en compensateurs d'accélération. Un voyage peut donc durer d'une semaine à un mois.

Le luxe commence avec les paquebots réguliers et de croisière des grandes compagnies. Conçus comme de confortables palaces volants, mais très chers, ces appareils sont en tous points comparables aux grands navires maritimes du 20ème siècle Terrrien. Ils sont l'orgueil des grandes flottes commerciales.

Le terme de luxe s'applique également aux petits appareils de 10.000 tonnes qui assurent les liaisons expresses entre les systèmes. Ces astronefs rapides transportent moins d'une centaine de passagers par vol. Ils accélèrent jusqu'à 6g, ce qui réduit le temps de trajet dans de grandes proportions, mais augmente d'autant le prix du billet.

Barges (300m-700m)

Ces navires sont de vraquiers ou des tankers sur-dimensionnés. Lents, mais rentables de par leur énorme capacité, ils permettent le transport en gros de marchandises non périssables.

Exploités par de grandes compagnies, ils forment l'essentiel du trafic régulier de par leur bas prix d'exploitation. Certains sont même de véritables navires-usines, transformant une matière brute en produits raffinés lors du long voyage du système d'origine à celui de destination.

Ils sont cependant très vulnérables à la piraterie et doivent être escortés. Souvent, les cargaisons transportées, les entreprises et les enjeux impliquées justifient une escorte militaire.

Navires militaires

Patrouilleurs (30m-60m)

Exemples : T'Kalt

Ces navires sont les plus légers des navires militaires, hormis les chasseurs, classés à part. Par définition, ils ne possèdent pas la capacité de saut. Leur armement réduit est généralement destiné à l'arraisonnement des navires civils et à contrer les contrebandiers. Quelques classes désarmées et équipées en conséquence opèrent sur des missions de reconnaissance.

Ils effectuent généralement des patrouilles en système par paires ou trios, à partir de stations ou de navires plus gros. A ce titre, ils forment l'enveloppe externe de protection des flottes majeures. Dans ce cas, ils sont considérés comme des auxiliaires de croiseurs, voire de destroyers.

Les patrouilleurs affectés aux opérations spéciales sont généralement modifiés pour la vitesse et emportent un armement limité, spécifique à leur mission. Ils ne sont généralement pas pourvus de capes de furtivité, ces systèmes étant trop encombrants pour d'aussi petits bâtiments.

Un patrouilleur ne porte généralement pas de chasseur, excepté certaines classes lourdes, qui embarquent une paire de petits chasseurs d'escorte. Par contre, un patrouilleur porte souvent une paire de drones de chasse.

Corvettes (50m-100m)

Ces navires sont essentiellement des patrouilleurs munis de la capacité de saut. Ils forment la base des patrouilles multisystèmes maintenues par la plupart des marines spatiales et sont très souvent rencontrés sur les routes spatiales. Ils naviguent généralement seuls ou en paire pour des durées de l'ordre de la semaine ou du mois, au travers de routes de plusieurs sauts.

Souvent fortement armés pour leur taille, ils sont capable d'arraisonner la majorité des navires rencontrés en espace libre. Les classes les plus lourdes portent de deux à quatre chasseurs légers, servant de couverture et d'appui-feu. Toutes les corvettes sont équipées d'un contingent de drones de chasse et protection.

Les corvettes affectées aux opérations spéciales sont pourvues de capes de furtivité, généralement au détriment de leurs boucliers et de leur armement, ce dernier se réduisant à des configurations spécifiques.

Frégates (80m-150m)

Les frégates sont les plus légers des navires de ligne. Elles sont principalement utilisées dans la protection de zone autour des flottes (mission de piquet) et dans l'attaque d'objectifs légers spécifiques. Elles portent généralement 6 chasseurs et une douzaine de drones.

Elles naviguent en général à la périphérie des flottes lourdes, en protection des destroyers et croiseurs. Elles peuvent également être utilisées en patrouilles, pour remplacer les corvettes lorsque la présence d'une opposition forte est envisagée, ou encore comme les instruments de ce qu'il est convenu d'appeler "la politique de la canonnière".

Destroyers (100m-300m)

Un destroyer est un navire de ligne capable d'affronter d'autres navires de ligne, mais non équipé d'un canon spinal. Leur armement principal consiste en tourelles pour les engagements de proximité et en missiles pour la longue portée.

Cette classe forme l'épine dorsale des flottes. Ils naviguent généralement par paires ou trios, en second rang des flottes, sur des positions relativement fixes, entre les croiseurs situés au centre et les frégates de piquet qui forment un écran de protection très mobile.

Tout destroyer porte un contingent d'une douzaine de chasseurs mélangeant généralement escorte, interception et attaque. Les porte-intercepteurs d'escorte peuvent porter jusqu'à 100 chasseurs. Ils sont classés comme destroyers, car ce sont de lourds navires de ligne sans canons spinaux.

Croiseurs (100m-400m)

Les croiseurs sont les plus gros bâtiments de ligne, caractérisés par la présence d'un canon spinal dans leur armement. Ils sont capables de détruire la plupart des cibles en quelques coups et forment la force de frappe des flottes. Par contre, ils sont plus difficiles à utiliser efficacement que les destroyers, car un canon spinal ne peut tirer que dans un arc de quelques degrés autour de l'axe du navire. La présence du canon spinal allonge et alourdit considérablement le navire par rapport à un destroyer, toutes autres caractéristiques étant égales.

Généralement, un ou deux croiseurs forment le centre d'une flotte, escorté par deux ou trois destroyers et cinq à sept frégates formant un rideau de protection.

Les croiseurs portent généralement une douzaine de chasseurs, dans la même configuration que les destroyers. Certains des plus gros porte-intercepteurs, dits d'attaque, sont classés en croiseurs, car ils possèdent des canons spinaux. Ceux-ci sont cependant plus légers que ceux armant les croiseurs purs.

Chasseurs

Drones et chasseurs pilotés

Les drones sont des chasseurs pilotés par une semi-IA. Ils couvrent tous les rôles des chasseurs ordinaires. Certains sont d'ailleurs juste des versions spécifiques de modèles ordinaires. Généralement, un drone est plus léger qu'un chasseur piloté équivalent, car débarrassé des encombrants systèmes de support-vie nécessaires à un pilote vivant. En combat, un drone est plus prévisible qu'un appareil piloté. Mais la programmation de certaines semi-IA introduit volontairement du hasard pour surprendre les pilotes adverses.

Escorteurs

Ces chasseurs sont les plus couramment observés. Leur rôle principal, est de faire face à la menace posée par les pirates sur les convois. Pour des raisons économiques, ils sont souvent automatiques plutôt que pilotés.

Ils sont utilisés par une myriade de compagnies privées de sécurité. On en trouve également un bel assortiment chez les hors-la-loi eux-mêmes, provenant d'appareils capturés ou de contrebande ("tombés d'un cargo"). Enfin, les militaires en utilisent également pour la protection de leurs propres convois.

Les escorteurs privilégient généralement la manœuvrabilité et l'autonomie. Ils sont le plus souvent armés de canons à courte portée et de missiles d'auto-défense.

Reconnaissance

Ces chasseurs sont utilisés par les militaires, pour des missions d'infiltration et de recueil de renseignements. Rapides, peu ou pas armés, mais bardés de senseurs, ils ont souvent des équipements spéciaux, possèdent une signature très furtive et volent en solo. Certains sont équipés de capes de furtivité.

Intercepteurs

Ces chasseurs sont généralement considérés comme les rois de l'espace. Leur rôle est de s'opposer à toute intrusion dans un espace protégé, dans un système ou autour d'une flotte. Officiellement, le terme est "supériorité spatiale". Ils sont les héros des duels de chasse qui font rêver dans les astroport.

Les intercepteurs privilégient l'autonomie et la frappe à longue portée contre d'autres chasseurs. Ils sont le plus souvent armés de missiles d'interception à longue portée et de canons pour les engagements rapprochés. Les appareils utilisés par les pirates remplacent souvent les missiles d'interception par des missiles interdicteurs. Ceux-ci, équipés de distorseurs à la capacité d'interférence augmentée, leur permettent de ralentir leurs proies afin de donner au groupe principal le temps nécessaire à une interception pour abordage.

Attaque

Ces chasseurs sont la cheville ouvrière des flottes. Spécialisés dans l'attaque anti-navire, ils donnent à une flotte son allonge. Armés de missiles de grande puissance et de lasers lourds ou de canons à aiguilles pour la courte portée, ils sont conçus pour infliger des dommages concentrés susceptibles de passer les boucliers des plus gros navires de ligne.

Leur faiblesse réside souvent dans leur armement défensif. Celui-ci est généralement constitué de missiles de court rayon d'action et de tourelles laser. Il ne protège son porteur que de l'escorte de la cible et dans une certaine mesure des missiles longue portée des intercepteurs. C'est pourquoi les chasseurs d'attaque sont souvent protégés par des intercepteurs capables de tenir à distance leurs homologues.

Multirôles

Ces appareils sont des hybrides entre intercepteurs et chasseurs d'attaque. Pas aussi efficaces dans chacun des rôles que les appareils conçus spécifiquement, leur adaptabilité permet cependant un déploiement plus aisé et une utilisation plus souple.

Saut

La plupart des chasseurs ne dispose pas de la capacité de saut. Or, même si les sauts de chaque navire d'une formation de ligne peuvent être synchronisés, les vaisseaux émergent en ordre dispersés dans un rayon de plusieurs milliers de kilomètres autour du point de saut. Les quelques secondes nécessaires pour coordonner de nouveau la flotte et lancer les chasseurs sont donc éminemment dangereuses si une formation ennemie est présente.

Les chasseurs de saut ont donc pour rôle de nettoyer le point d'émergence pour l'arrivée d'une formation de ligne. Ils engagent toute force ennemie en piquet au point d'émergence pour la désorganiser, le temps que leur propre formation puisse émerger et s'organiser. A partir de ce moment et dès que les chasseurs d'interception et d'attaque sont lancés, les éclaireurs sont normalement récupérés.

Ces appareils sont donc capables d'affronter des ennemis largement supérieurs en nombre. Ce sont généralement des évolutions de modèles multirôles, lourds, bien armés et solidement défendus. Ils possèdent en outre l'autonomie en énergie pour deux sauts consécutifs, nécessaire pour se replier s'il s'avère impossible de sécuriser le point d'émergence.

Atmosphériques

Peu de chasseurs sont capables de rentrée atmosphérique balistique. Ils procèdent généralement comme les autres navires, en rentrée contrôlée verticale. Il est évident qu'une telle procédure est impossible en situation de combat. C'est pourquoi les chasseurs espace-air existent, spécialement conçus pour effectuer des entrées balistiques depuis l'orbite.

Auxiliaires

Navettes

Pratiquement chaque navire possède une navette. Elle sert pour transporter des passagers et une cargaison d'un navire à un autre, ou bien vers une station ou une planète. Les navettes disposent toujours de la capacité de rentrée atmosphérique verticale et souvent de celle de rentrée balistique.

Pods

Pratiquement chaque navire possède un pod de maintenance. Ce petit appareil monoplace pourvu de bras de préhension est essentiel pour toutes les réparations qui peuvent se révéler impératives à tout instant dans l'espace.

Scaphandres

Les scaphandres sont utilisés à chaque fois qu'un membre d'équipage doit effectuer des travaux à l'extérieur d'un navire. Ils sont également essentiels en tant que combinaison de secours en cas d'urgence.

Capsules

Les capsules d'évasion sont des appareils de survie pouvant emporter d'une à dix personnes loin d'un navire en perdition. Seuls certains modèles de haut de gamme disposent de la capacité de saut, mais toutes permettent à leurs occupants de survivre durant plusieurs jours, jusqu'à l'arrivée de secours. Ceux-ci sont prévenus par les capsules de message largués automatiquement à l'éjection.

Capsules/missiles à Messages

Ces capsules permettent d'envoyer des messages d'un système stellaire à un autre. Elles ne sont guère plus qu'un réacteur, un distorseur, des verniers et un motivateur de saut posés sur une structure légère, le tout transportant un minuscule compartiment contenant le message à transmettre.

Une capsule civile fait partie de l'équipement standard de sécurité obligatoire sur tout navire. Elle sert en cas d'urgence pour avertir les secours. Elle effectue des sauts pré-programmés vers les systèmes les plus peuplés à proximité et diffuse son message dans tous les systèmes par laquelle elle passe.

Une capsule sécurisée, utilisée par les militaires ou les sociétés pour les communications entre systèmes éloignés, dispose en plus de systèmes de sécurité assurant que le message se soit délivré qu'à un destinataire autorisé.

Spéciaux

Contrebandiers

Exemple : Niglo

Les navires des contrebandiers sont, soit des cargos transformés, soit des navires militaires de récupération regrées. Ils appartiennent généralement à des mercenaires opérant en marge de la loi. Ils sont loués par diverses organisations, officielles ou non, pour livrer des marchandises prohibées ou intervenir dans des zones d'affrontement.

Ils sacrifient la plupart du temps la stricte capacité d'emport à la vitesse et à la furtivité, y compris des distorseurs modifiés pour utiliser des tunnels de saut de faible masse. Ils emportent parfois des armements comme des missiles interdicteurs qui ralentissent leurs poursuivants ou des mines à souffle provoquant une onde de choc gazeuse capable dans le vide de l'espace de littéralement souffler les boucliers. Certains ont des armes de dernier recours comme des antinavires très puissants mais très chers, qui peuvent se révéler rentables s'ils sauvent de la saisie ou de la destruction une cargaison importante et illégale.

Pirates

Les navires pirates sont une menace permanente sur les routes de l'espace. Appartenant à des organisations ou à des particuliers hors-la-loi pour diverses raisons, ces navires sont généralement des cargos récupérés et lourdement armés. Ils passent leur temps en planque dans les systèmes peu fréquentés, s'attaquant à toutes les proies qui passent à leur portée. Ils sont équipés pour immobiliser et aborder leurs victimes plutôt que pour les détruire : missiles interdicteurs pour provoquer des interférences et réduire l'accélération de la cible, missiles et canons à fragmentation ou mines à souffle pour réduire les boucliers, EMP pour mettre hors d'usage l'électronique de contrôle du navire ciblé.

Pages dans la catégorie « Vaisseaux spatiaux »

Cette catégorie comprend 10 pages, dont les 10 ci-dessous.