Ha'Tinkar

De Hoshikaze 2250 - test.hoshikaze.net - 1.38.1
Aller à : navigation, rechercher
Ha'Tinkar
HaTinkar-001.jpg
Monde-berceau H'Rkann
Système-berceau Ek'in
Apparence Arthropodes
Extension Eteints

Vue générale

Les Ha'Tinkar formaient une espèce aussi indigène de H'Rkann que les K'Rinns. Ils sont maintenant éteints, car leur premier contact avec les K'Rinns les mit aussi en contact avec une maladie contre laquelle ils ne purent lutter.

Lors de ce contact, il a été découvert que les Ha'Tinkar avaient été modifiés génétiquement par les Purgatoriens lorsque ceux-ci explorèrent H'Rkann. Ils ont été développés à partir d'ancêtres pré-sentients qui étaient alors juste à la limite de la conscience.

Pour les utiliser comme outils vivants, les Purgatoriens équipèrent les Ha'Tinkar de pivots à 360° sur certaines articulations. Cette particularité unique a toujours été une faiblesse majeure de l'espèce, la rendant très sujette à l'arthrose et donnant aux infections un chemin aisé pour entrer dans le corps des Ha'Tinkar. Une opinion courante est que, sans cette modification, les Ha'Tinkar seraient encore vivants de nos jours.

Il y a encore des légendes de survivants des Ha'Tinkar dans les jungles de Kim’Talt, le continent équatorial de H'Rkann. Cependant, aucune preuve irréfutable de l'existence de ces survivants n'a jamais pu être apportée.

Apparence physique

Les Ha'Tinka étaient de lointains cousins des K'Rinns. Ils provenaient d'une autre branche d'arthropodes sociaux, qui ne s'était développée que sur le continent sud. Ils ressemblaient à des K'Rinns, mais d'une constitution plus robuste et un torse décalé au centre du polygone de sustentation, ce qui leur donnait une grande stabilité dans leurs déplacements. D'après les témoignages de l'époque du contact, il semble qu'ils aient été capables de marcher et même de courir dans toutes les directions.

La caractéristique principale qui séparait les Ha'Tinkar des autres espèces résidait dans leurs articulations-pivots aux hanches et au cou. Ces articulations, avec les anciennes légendes sur les dieux venus du ciel, permirent aux K'rinns d'établir sûrement que les Ha'Tinkar avaient été modifiés artificiellement. Elles formaient également une faiblesse majeure, car dès lors que l'arthrose s'attaquait aux articulations artificielles, la personne était condamnée à plus ou moins brève échéance.

Sociétés

Dans leur écosystème original de forêts et de marais, les Ha'Tinkar vivaient dans des gros villages de quelques centaines d'habitants. Les communautés étaient sédentaires pour la plupart, mais les individus étaient échangés de manière rituelle dans des voyages complexes qui faisait de la vie d'un Ha'Tinkar une succession de périodes sédentaires de 1 à 10 années locales, séparées par des changement de village.

Lorsqu'a eu lieu le contact, les villages avaient commencé à se regrouper en villes de plusieurs milliers d'habitants et la cité de Rak'til était en passe de devenir la capitale de tout un continent. Le commerce et la science se développaient exponentiellement et l'espèce était sur le point de progresser au-delà des barrières naturelles qui l'avait jusque-là arrêtée dans son développement.

Bien d'autres aspects de la société Ha'Tinkar sont mal connus. Leurs religions ont une source commune, centrée sur l'attente messianique du retour des Dieux Volants. Ce fait, que les Ha'Tinkar eux-mêmes avaient commencé à examiner sous la lumière de leur science émergente, mit les ethnologues K'Rinns sur la voie de leur origine unique et artificielle. Mais ce ne fut qu'après le contact avec les Humains que les Dieux Volants des Ha'Tinkar furent identifiés comme étant les Purgatoriens, à partir de descriptions et de rares reliques. A ce moment, les Ha'Tinkar étaient déjà éteints depuis longtemps. La trop brève période durant laquelle les ethnologues k'rinns avaient passé avec eux ne fût hélas pas suffisante pour connaître leurs sociétés en profondeur.

Histoire

Préhistoire

Les proto-Ha'Tinkar évoluèrent vers la sentience environ 150 000 années locales avant l'ère historique k'rinn. Ils étendirent leur territoire jusqu'à couvrir environ 1/5 de Kim’Talt, mais ne purent jamais dépasser un certain nombre de barrières naturelles qui les confinaient dans ce territoire.

Le contact avec les Purgatoriens

A environ -12 000 ans, alors qu'ils étaient au bord de l'extinction en raison d'une série de sévères changements climatiques, ils furent contactés par les Purgatoriens. Ceux-ci les modifièrent afin de les rendre plus robustes, plus agiles et plus intelligents. Ce fût alors qu'ils inclurent dans leur code génétique les fameuses articulations-pivots.

Mais les Purgatoriens quittèrent précipitamment H'Rkann moins d'une centaine d'années plus tard, laissant leurs créations survivre par leurs propres moyens. Profitant de leurs nouvelles capacités et en dépit des faiblesses récurrentes apportées par les articulations-pivots, les Ha'Tinkar nouvellement créés prospérèrent et reconquirent tout le territoire qui avait jadis été le leur au temps de l'apogée de leur espèce.

La rencontre avec les K'Rinns

Des millénaires plus tard, en 807, l'exploration de H'Rkann par les K'Rinns battait son plein lorsque ces derniers, explorant Kim’Talt, découvrirent des villages Ha'Tinkar. Ils cartographièrent rapidment le continent et observèrent l'extension de l'espèce nouvellement découverte. La prise de contact fut dès lors rapide. Les deux espèces étaient de nature pacifique et impatientes de découvrir leurs cultures respectives. Il s'ensuivit rapidement un Age d'Or qui dura environ 30 ans : trois décennies emplies par la ferveur de la découverte et la joyeuse conviction que rien n'étaient désormais impossible aux deux espèces cousines enfin réunies, qu'elles allaient gouverner ensemble H'Rkann et s'élancer vers les étoiles !

La Maladie et l'extinction

La tragédie commença par l'arrivée d'une expédition médicale venue de Tan'Kaln'k pour apporter l'hygiène et la médecine moderne au fin fond des campagnes de Kim'Talt. Sans le savoir, ils apportèrent avec eux un virus, bénin et endémique chez eux, qui se révéla mortel pour les Ha'Tinkar, d'une manière qui ne fut hélas décelée que des années après leur arrivée.

Au premier abord une simple accélération du vieillissement normal, la maladie ne fût en effet identifiée comme telle qu'une dizaine d'années après leur arrivée. Il était déjà trop tard pour éviter que presque chaque village ha'Tinkar ait été en contact avec le virus. Les premiers symptômes éteitn lents à se manifester, mais toute période de faiblesse lui permettait de s'affirmer et de s'accélérer. Dès lors que les articulations-pivots étaient touchées, le sort de la malheureuse victime était scellé : la mort, dans une longue et douloureuse agonie pouvant durer des mois entiers. Plus grave, il fût aussi découvert que la maladie s'attaquait également aux larves. Celles-ci étaient particulièrement vulnérables lors de leur métamorphose. Souvent, le cocon, n'hébergeant plus qu'un cadavre, ne s'ouvrait jamais pour libérer le jeune adulte. Lorsque celui-ci survivait à la métamorphose, l'être difforme qu'il était devenu, à la carapace hideusement distordue et prématurément blanchie, suppliait souvent les médecins de le libérer d'une vie d'indicibles souffrances.

Dès lors qu'ils prirent conscience de ce qui arrivait, les Tan'Kaln'ktin se retirèrent précipitamment du continent. Les plus éminents médecins sur tout H'Rkann orientèrent leurs recherches vers la découverte de l'origine et d'un traitement à cette Maladie, maintenant écrite avec une majuscule digne du fléau qu'elle était devenue. Mais le mécanisme était trop dépendant des modifications apportées par les Purgatoriens et la technologie de l'époque n'était pas de taille à lutter. les traitements ne furent jamais ni assez efficace, ni assez nombreux pour faire autre chose que retarder la pandémie.

Les Ha'Tinkar eux-mêmes décidèrent progressivement de s'isoler des K'Rinns qui les tuaient sans le vouloir. Village après village, leur grande majorité choisit de mourir seul, selon leurs coutumes, d'une manière qu'eux percevaient comme honorable. 50 ans plus tard, il ne restait plus un seul Ha'Tinkar vivant sur le continent entier. Ceux qui avaient choisi de rester auprès des K'Rinns, pariant sur la découverte d'un remède à la Maladie, avaient été si gravement exposés qu'aucun des traitements proposés ne pût les sauver. Ceux qui s'étaient retirés survécurent un peu plus longtemps, mais en deux générations, la population ha'tinkare toute entière s'achemina vers l'extinction avec résignation. Le dernier Ha'Tikar à avoir été vu en vie par les K'Rinns était un vieux guérisseur et ha'tinkar de science, qui avait aidé les médecins k'rinns depuis le début de l'épidémie. Il mourut pleinement conscient d'être le dernier de son espèce, mais ses derniers mots furent pour pardonner aux K'Rinns et les remercier pour l'aide qu'ils avaient tenté d'apporter.

Expansion

Les derniers restes des Ha'Tinkar ont été regroupés dans la ville-musée de Rak'til, à l'endroit où atterrirent les premiers colons Tik'Hat qui apportèrent la Maladie. Cet endroit est l'un des Hauts Lieux de H'Rkann, là où les K'Rinns viennent de toute la planète et même de systèmes stellaires distants, en pèlerinage pour honorer la mémoire de l'espèce que leurs parents ont assassinée bien malgré eux. La mémoire des Ha'Tinkar est une ombre sur l'histoire et la culture k'rinnes, un épisode douloureux qui ne peut se comparer qu'à la tragédie de l'Armée des Fous, et qui a eu pour effet de renforcer encore leur respect naturel pour la vie et la sentience.

Encore aujourd'hui, des rumeurs circulent, parlant de "villages épargnés" cachés dans les profondeurs des forêts du Sud. Jusqu'à présent, rien n'a pu être prouvé, mais tous les K'Rinns rêvent secrètement que ces rumeurs se révèlent vraies un jour, donnant à leur espèce une chance de se racheter. Mais au fil des siècles, l'espoir tend à s'éteindre peu à peu.

Au contact des Marionnettistes et de leurs biotechnologies, certaines personnes ont suggéré de recréer l'espèce ha'tinkare à partir des nombreux fragments d'ADN extraits durant les recherches contre la Maladie et gardés précieusement comme reliques. La population de H'Rkann et même les K'Rinns d'outre-planète sont divisés sur ce sujet. Pour certains, il n'est que justice de donner à cette espèce une seconde chance, mais d'autres voient ces tentatives comme sacrilèges. D'autres encore proclament que ce serait faire aux futurs Ha'Tinkar un cadeau empoisonné, une vie de souffrance et d'isolement, dans la mémoire des leurs et l'adoration des descendants de leurs meurtriers. Au contraire, d'autres voient en cela le seul moyen de permettre aux K'Rinns de faire leur deuil collectif des Ha'Tinkar et d'aller de l'avant au lieu de rester fixer sur des souvenirs douloureux.

Peu à peu, l'opinion commune tend vers l'acceptation du fait que, tôt ou tard, une faction ou une autre recréera des Ha'Tinkar. Même les opposants à ce concept en viennent à l'accepter et à prendre pour objectif que la résurrection des Ha'Tinkar se fasse sous un contrôle éthique étroit. En particulier, les débats se concentrent sur la question de corriger ou non les erreurs génétiques faites par les Purgatoriens. S'il est évident qu'il faut immuniser les néo-Ha'Tinkar contre la Maladie, les avis divergent sur le fait de faire un inventaire complet de leur patrimoine génétique et de corriger tout risque potentiel.

Illustrations

Voir aussi

En mémoire des larves innocentes : nouvelle relatant le contact avec les K'Rinns, la Maladie et l'extinction des Ha'Tinkar.