Tunnels hyperspatiaux

De Hoshikaze 2250 - test.hoshikaze.net - 1.38.1
Aller à : navigation, rechercher

La navigation hyperspatiale, soit par des points de saut naturels, soit par des tunnels créés artificiellement, a été un élément décisif de l'expansion spatiale. Jusque-là, le voyage subluminique ne permettait d'atteindre que des planètes du même système ou de systèmes très proches.

Points de saut

Les points de saut ont été créés lors des premières millisecondes de l'univers. Depuis, ils ont dérivé dans l'espace au gré de la gravité. Leur répartition obéit donc à certaines lois qui organisent la topologie des routes hyperspatiales et les liens entre les systèmes.

Un point de saut se présente comme une pseudo-masse, ponctuelle. Il se déplace exactement comme une masse normale, orbitant autour d'une étoile ou d'une planète, ou décrivant sa trajectoire en espace libre, influencé par les corps proches de lui. Il peut se trouver au même point qu'une masse normale sans effet détectable autre qu'une variation mineure de la gravité.

L'ouverture du tunnel est possible autour du point de saut lui-même, dans un rayon dépendant des caractéristiques du point de saut et de celles du motivateur d'hyper-espace. L'activation du motivateur crée une zone de singularité à chaque extrémité du tunnel. Le saut se produit lorsque la concentration d'énergie au sein de la singularité dépasse un certain seuil. Les deux zones de singularité sont alors échangées avec tout ce qu'elles contiennent.


Tunnels

Les points de saut sont reliés deux par deux par des tunnels. Tous les tunnels ne relient pas des systèmes entre eux, loin s'en faut. La répartition suivante a été constatée :


Espace libre vers Espace libre: 65%

Système vers Espace libre: 18%

Système vers Autre système: 13%

Système vers Même système: 4%


Les tunnels lient en général des emplacements peu éloignés. Cela est dû au fait que, lors de leur création, les points de saut étaient très proches. La distance maximale observée est de 47 années de lumière.


Routes

Les tunnels utilisés par les routes interstellaires sont ceux reliant deux systèmes distincts. Une route de saut est une série de points de saut menant d'un système donné à un autre. Un système inhabité comportant des points de saut utilisés par une route de saut est appelé système de passage. Les routes les plus courantes font de 5 à 10 sauts. Le saut étant quasi-instantané, le temps pris par un trajet est donné par la traversée des systèmes de passage.

Certains points en espace libre sont groupés et peuvent servir de relais. On parle alors de sauts jumelés ou hors-systèmes. Le risque est cependant grand qu'un navire ne puisse trouver le point de sortie d'un tel relais. On considère qu'en l'absence de balises, deux points à plus de 0,01 UA sont trop éloignés pour servir de relais aux navires commerciaux équipés de senseurs de saut standard.

Pour diminuer les temps de trajet, certaines routes commerciales utilisent des sauts jumelés, qui sont soit très proches, soit abondamment balisés. Mais ils sont surtout l'un des expédients utilisés par les pirates, contrebandiers et espions pour échapper à la surveillance officielle. Ces catégories de navires utilisent des senseurs de saut plus précis, proches de ceux utilisés pour l'exploration de nouvelles routes. Une telle navigation reste toutefois dangereuse et nombre de navires se sont perdus corps et bien dans des relais trop éloignés.

Les cartes courantes ne montrent que les routes en un saut et les routes jumelées dont les relais n'excèdent pas un éloignement de 0,001 UA ou sont balisées officiellement de manière sûre. La définition des frontières des États se fait en utilisant ces routes. Mais il existe toujours entre deux étoiles des routes officieuses, plus dangereuses certes, mais parfois plus rapides et donc plus rentables que les chemins trop bien battus ...

Les tunnels intrasystèmes sont parfois utilisés pour faciliter les trajets à l'intérieur d'un même système. Il est cependant rare que leur positionnement soit favorable.